Bern@rd Ni Dieu Ni Chaussettes

Sur les bords de Loire, Bernard Gainier continue bon gré mal gré à cultiver sa vigne et à partager son vin entre amis au « Bureau », sa cave. À 73 ans, il a toujours vécu seul et reste fidèle à un mode de vie rural qu’il a toujours connu. Bernard est un gardien de la mémoire. Celle du poète local Gaston Couté, héritier de François Villon, qui connut son heure de gloire dans le Montmartre de la Belle Époque.

Les deux hommes, qu’un siècle sépare, ont en commun des idées libertaires et la volonté de témoigner de la condition paysanne des plus humbles. Depuis 25 ans, Bernard écume les salles des fêtes de la région pour faire entendre les textes du poète écrits dans sa « langue maternelle », le patois beauceron.
En 2009, il a enregistré son premier CD en solo, une consécration qui le laisse de marbre… « J’chu d’abord un pésan ».

Visiter le site du film


Bande Annonce : Bernard, ni Dieu ni chaussettes
envoyé par jenmoulin.

2 Commentaires pour “Bern@rd Ni Dieu Ni Chaussettes”

  1. Frank à écrit:

    We defenitily need more smart people like you around.

  2. Alejandro à écrit:

    Now I know who the brainy one is, I’ll keep lokinog for your posts.

Un commentaire ?